samedi , 16 décembre 2017
Accueil » Editions » «Allez Servette!»
Servette Rugby Club de Genève.

«Allez Servette!»

Grenats et motivés… les joueurs du Servette Rugby Club de Genève font preuve de détermination et depuis la création du club en 2014, ils montent de division chaque année. Sport de valeurs, il ne fait malheureusement pas partie de la culture sportive helvète mais gagne à être connu. Plus d’excuses, cette saison, l’entrée est gratuite pour tous les matchs! Actuellement en septième division, découvrez le jeu du Servette Rugby Club et fêtez la fameuse troisième mi-temps avec les joueurs. Découverte du club avec Jonathan Torossian, demi d’ouverture et responsable de la formation de l’académie.

Le rugby, c’est depuis toujours?
J’ai joué 4 ans à Annecy, deux ans au Lou de Lyon et deux ans à Aubenas en Ardèche. Intervenant pour la Fédération suisse de Rugby, j’ai rencontré les dirigeants, des personnes de confiance, aux prémices du projet Servette Rugby Club; ce n’était pas encore sorti de terre mais ça m’a vraiment plu. J’ai intégré le club dès sa création, il y a quatre ans.

A Genève, est-il possible de vivre uniquement du rugby?
Pour l’instant non car Genève n’a pas d’équipe professionnelle engagée en Suisse. Me concernant c’est particulier. Etant responsable de la formation de toute l’académie, je suis un salarié du club donc j’ai la chance de vivre de ma passion, ce qui ne serait pas possible en tant que sportif.

L’intérêt des jeunes a-t-il changé depuis l’arrivée du club en 2014?
Bien sûr! Il est grandissant et c’est aussi grâce à l’équipe première du Servette qui est une sorte de vitrine. En gravissant les échelons, on atteindra un niveau assez intéressant qui nous permettra d’attirer encore plus de jeunes vers cette pratique.
On souhaite également mettre en place une mixité sociale en nous rendant dans certains lieux comme les Avanchets où la pratique de certains sports reste méconnue. Le fait de participer à la vie locale fait partie du rôle social du club. Au rugby, nous avons la chance de ne pas avoir de barrière linguistique, sociale ou physique; ce sont des valeurs qui rendent ce sport populaire et accessible à tous.

Et les équipes féminines dans tout ça?
A Genève il y a des équipes féminines mais pas encore chez nous. L’activité est ouverte aux filles jusqu’à 14 ans. Ensuite, selon la réglementation, elles doivent jouer dans des équipes uniquement féminines et nous n’avons pas encore assez de joueuses. Par contre, sur le moyen terme, ça fera partie des lignes directrices du club.

Le Servette Rugby Club, un club genevois au Championnat français.
On joue dans ce Championnat car le haut du classement est professionnel et ce sport est très médiatique là-bas. D’ailleurs, il fait partie des meilleurs Championnats du monde et actuellement, en Suisse, il n’y a pas encore de perspectives professionnelles.

Tes aspirations pour le club?
Il ne me reste pas énormément de temps sur le terrain car on se retire de plus en plus rapidement. Mon but, c’est d’amener le club en Fédéral ou jusqu’à ce qu’on me dise que je n’ai plus le niveau. Quand ce moment arrivera, j’espère pouvoir garder mes fonctions au sein du Servette. Nous avons de belles ambitions et mon objectif est de participer à la création d’un vrai centre de formation dans les années à venir. Dans tous les cas, je veux continuer dans le domaine du rugby.

 Propos recueillis par Vanesa Dacuña Rodriguez

Voir également

Des huîtres sur place ou à l’emporter!

Le Seventy5 soigne ses traditions et à l’arrivée des fêtes, l’enseigne du Crowne Plaza Geneva …