mardi , 20 février 2018
Accueil » Editions » Les Fous alliés de Senti’
Senti. © Elie Razafindraibe

Les Fous alliés de Senti’

Anciennement connu sous le nom de Sentin’1, son nom de scène s’est raccourci au profit de Senti’. A 29 ans, il fait du rap depuis plus d’une dizaine d’années et a sorti son 4e album, Fous alliés, le 8 décembre. Rencontre.

Tes débuts dans le rap?
Un jour, un ami m’a proposé d’essayer de rapper un couplet qu’il avait écrit. À cette époque je n’écoutais pas ce genre de musique mais ça m’a plu et le soir même je commençais à écrire un texte.

Puis arrive Fous alliés, un album qui se démarque des précédents.
Grande nouveauté, j’ai produit toutes les instrumentales contrairement aux trois précédents qui, eux, étaient produits par des beatmakers utilisant des samples. Cette foi, j’ai tout composé et amené de nouvelles sonorités plus actuelles concernant les rythmiques et les mélodies. Je me retrouve aussi à fredonner des refrains et sur scène, LyOsun m’accompagne à la guitare, au clavier et au chant.

Et tu n’en es pas à ta première collaboration puisque tu as déjà aidé Geule Blansh à ses débuts.
On me demande souvent mon avis sur les réseaux sociaux concernant les améliorations à faire sur certains morceaux mais je trouve déroutant de juger le travail d’un artiste à distance. D’autant plus que dans le rap, c’est avant tout avec soi-même que l’on peut se perfectionner. Ça passe aussi par la pratique.
J’anime également un atelier d’écriture et d’enregistrement à la maison de quartier des Acacias où je conseille les participants sur la construction des textes et les façons de les rapper.
Avec Geule Blansh, on a travaillé ensemble pendant plusieurs années, notamment lors d’enregistrements et de concerts. A l’époque, il ne m’avait pas demandé d’aide mais je sais qu’il écoutait mes morceaux. Je me suis aussi penché sur ses couplets et j’ai remarqué un gros potentiel. La collaboration s’est alors faite naturellement.

Tu es très attaché à la ville Sarde: quels sont les lieux qui t’inspirent le plus?
Évidemment les bars comme le Chat noir ou la Forge sont pour moi des lieux phares carougeois. J’ai aussi passé beaucoup de temps à la Place du Marché et du Temple. La place de Sardaigne me plaît beaucoup avec d’un côté le temple, le Vieux Carouge et de l’autre les routes plus urbaines. Plus que les lieux, je dirais que c’est l’ambiance carougeoise qui me charme.

Propos recueilli par Igor Rodrigues Ramos 


FB:
Instagram:

 

Voir également

L’amusement va bon train!

À Genthod et Bellevue, les parents qui travaillent durant les vacances scolaires de leurs enfants …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *